Il est de bon ton de se souhaiter la bonne année. Mais vous, et vous seul, pourrez faire en sorte que cette année soit bonne, meilleure que celle qui vient de s'écouler. Apprenez à ne compter que sur vous, car personne n'est plus qualifié que vous-même pour bâtir, réparer ou améliorer votre propre vie. Personne ne fera les choses à votre place. D'ailleurs, tout ce que les autres peuvent faire, c'est souhaiter que vous le fassiez. Et ne croyez pas que tout ceux qui vous entourent vous apporteront des solutions : certains font juste partie de vos problèmes. Transformez vos résolutions en actes, et dans douze mois, retournez-vous et souriez-vous fièrement : C'était long. C'était difficile. Mais ça y est : 2017 était une bonne année, merci Moi.

Préliminaires
 
Le principe de réalité

Beaucoup de didacticiels et livres destinés à l'apprentissage d'Access me semblent trop compliqués, et partent du principe que les utilisateurs d'Access sont tous des informaticiens chevronnés, ou de grands spécialistes en bases de données. Il y a une sorte de déconnexion entre l'aspect purement "Access" et le principe de réalité ! On a l'impression, en lisant ces livres, que ce qu'ils décrivent marchent toujours parfaitement, qu'il n'y a aucune embûche, et une solution à tout problème !

 

 

Ca me fait penser à ces livres de cuisine : une superbe photo d'un gâteau qui nous met l'eau à la bouche, et les instructions juste en dessous. Mais quand on les suit à la lettre, ce qui sort du four ressemble plutôt à une sculpture abstraite, noirâtre, et fumeuse, que l'on raclera péniblement du plat sans trop savoir si on va oser présenter ça à manger.

Sortons de la cuisine. Ce n'est pas un robot qui crée une base de données pour d'autres robots dans un monde formidable ou tout fonctionne du premier coup !

C'est quelqu'un, VOUS en l'occurrence, qui allez créer une base de données pour :

Ca, c'est la réalité qui vous environne..

L'autre réalité, c'est vous.

Vous ne disposez pas d'un temps infini pour mener à bien cette base de données ! Vous n'avez pas non plus les connaissances nécessaires (sinon, vous ne seriez pas là).

Bonne nouvelle concernant les connaissances : Mon cours est là pour vous régler ce souci !

 

Vous avez votre famille, vos enfants, votre travail, votre travail, votre travail, vos amis à voir (Allez, faites un effort, appelez Roger, depuis le temps que vous vous étiez promis de vous revoir !), vos amants, vos maîtresses (Non, je plaisante ;-), des projets à terminer, les courses à faire, et la voiture qu'il faut porter au garage (A moins que le garagiste, ce soit vous, et que vous désirez créer une base de données pour gérer vos clients plus efficacement ?).

Ajoutons à ça les PC qui fonctionnent. Parfois. Plus ou moins bien...

Windows 7, ça marche bien !

Enfin... Quand tout va bien !

parce que si on prend en compte :

On a parfois envie de tout balancer par la fenêtre !!!

Ca y est ? Vous avez le moral dans les chaussettes ? Vous êtes à deux doigts de pleurer ? ... En plus il pleut !

Je vais même vous faire un aveu : Access lui-même plante parfois ! Mais chut ! Faut pas le dire !!! ... En fait, TOUT programme informatique, du moment qu'il est utilisé intensivement, a des bugs ! Word, Excel, Outlook, Photoshop, Windows, FireFox, machin, truc, bidule, TOUS les programmes ont des faiblesses.

Oui, je sais ce que vous allez me dire : "Avec Mac, y'a pas de souci !" ... Je ne vais pas commencer ici à alimenter le débat "Mac- PC", mais je vais vous donner un argument de poids :

Sur Mac, y'a pas Access !!!

Au-delà des tracasseries sus-nommées, Access est un sacré programme ! Puissant, convivial, ouvert : ses possibilités sont telles que ses seules limites semblent être celles de votre imagination.

Je travaille avec Access depuis 1994, et ma passion pour ce programme ne s'est jamais éteinte ! C'est vraiment comme un grand jeu de construction, style Légo . on assemble les différents éléments, et on apprend à faire de belles et bonnes bases de données, qui ressemblement vraiment à la jolie photo du gâteau, en début de page !

Tiens ! Il ne pleut plus !

Michel Defawes